Le marathon de New-York vu de l'intérieur

16 Nov 2016

Une première pour le NBFC,  Gilles BEUNEL  joueur vétéran du NBFC a  participé au  marathon de New-York (6/11/2016). Il nous raconte son marathon 

"Après une attente de plus de 2 ans et une préparation de 3 mois, je me suis présenter sur la ligne de départ le 6 novembre dernier à Staten Island, l’un des 5 arrondissements de New York.

Et là les premières larmes sur mon visage en entendant la musique de Franck Sinatra, « New York, New York » lorsque l’on passe la ligne de départ.

Après un premier pont de plus d’un km, je me mets en position machine de guerre, afin de faire un chrono aux alentours de 4H00.

Et la première surprise au 2ème km, car la foule est déjà présente, et cela sans discontinuer dans l’arrondissement de Brooklyn.

Le bruit est tellement fort, que cela donne des frissons.

Seul moment de répit, lorsque l’on passe dans le quartier juif, où le marathon n’intéresse pas Rabbi Jacob !

Sur le bord de la route, des vieux loulous, à chaque coin de rues qui jouent Les Clashs, Les Rolling Stones ou Les Beatles.

Un peu plus loin un sosie d’Elvis qui fait penser à CETELEM, mais c’est le charme du Marathon.

Des portoricains sur le bord de la route avec des boomers qui remplissent la bagnole, je ne sais toujours pas comment ils ont fait pour rester 4 heures près de la voiture.

Moi je suis passé en me bouchant les oreilles car c’était trop fort.

Enfin un autre pont pour nous ramener du calme.(y’a que sur les ponts ou il n’y a pas de spectateur.

Ce sont est un peu spécial car c’est la fin du premier semi, ou alors le début du deuxième (selon son état de forme).

On reprend le brouhaha pendant 4 kms dans le Queens (3ème arrondissement)puis le pont de Queensboro pour se rendre sur Manhattan et là un grand silence, une belle montée et un petit coup sur la casquette.

A la sortie du pont, c’est l’euphorie totale puis on attaque un ligne droite de plus de 6kms, en faux-plat montant, mais encouragé par des gens hystériques.

A la fin de cette ligne droite, le Bronx, avec les grosses barre de son avec les rappeurs et les gonzesses qui dansent à côté (comme dans les clips).

2kms dans le Bronx, où l’organisateur à placer, au 32ème km,  un panneau : Souriez, vous risquez de rencontrer le mur.

C’est sympa dans l’esprit.

Après le Bronx, retour sur Manhattan et sa 5ème Avenue, et cela en ligne droite de 5kms.

Tu longes Central Park pendant 2kms avant d’y rentrer.

Là la lassitude est là mais t’as pas le choix, faut finir.

Devant toi, des gens qui marchent, et c’est dure de ne pas faire comme eux car ça monte encore.

Tu rentres dans Central Park, c’est la folie chez les spectateurs, pour moi, c’est plus compliqué car la route se réduit et on est encore beaucoup de monde.

On ressort de Central Park au 41km, pour repasser devant des grands bâtiments de la 59ème rue ou les gens hurlent.

Rond-point de Colombus Circus, tu rerentres une dernière fois dans central Park, il reste une cote de 1km et c’est le bonheur.

Là les gens ont payé 45$ pour s’agglutiner dans les tribunes pour voir des gus comme moi, mais c’est New York.

Passage de la ligne d’arrivée avec beaucoup de larme pour ma part, l’émotion est là.

Mon temps : 4h01’46

Mon classement : 13992 sur 54000 partants environ.

Pour donner une idée de la foule, il y a 7 personnes à finir dans la même seconde que moi.

Nous sommes 1100 participants classés entre 4h et 4H03 soit pas loin de 300 arrivants par minute.

Je passe la ligne, on me remet ma médaille.

Enfin je marche puis je récupère mon jogging du NBFC.

Et là , grand moment de solitude pour mettre le bas.

Après 5min de dur labeur,  le bas est mis, je peux sortir l’écharpe du NBFC et un voisin japonais accepte de me prendre en photo.

L’essentiel est là, le marathon est fini.

Je n’ai plus qu’à récupérer pour enfin commencer ma saison de foot."

 

Forza NBFC

 

 

 

Please reload

Tous les posts

Bienvenue

September 30, 2015

1/1
Please reload